Loading...

 selon le journal HIGHLIGHT En prenant le soin de consulter le site officiel de la DPM (Direction de la Pharmacie et du Médicament Tunisie), nous avons fait une découverte pour le moins surprenante. En parcourant la liste des laboratoires existants et ayant déjà bénéficié d’AMM, nous avons remarqué qu’un laboratoire en particulier se distingue parmi toute la liste totalisant, excusez du peu 22 AMM (au titre de l’année 2015). Il s’agit du laboratoire Taha Pharma.

Il est utile à rappeler qu’en Tunisie, comme partout dans le monde, même s’il ne s’agit pas d’une industrie à aussi grande importance qu’en occident puisqu’on est plutôt suiveurs que leaders. Mais ce qui interpelle ici, en notre pays, c’est le favoritisme et la supposée corruption dans ce secteur, même si, encore une fois, rien ne le prouve à priori.

Il faut dire que le secteur en question est régi en Tunisie par plusieurs administrations. En premier lieu, c’est le ministère de tutelle, à savoir le ministère de la Santé publique qui réglemente toute l’activité mais il existe également d’autres organes non moins importants en l’occurrence, la Pharmacie Centrale et la Direction de la Pharmacie et du Médicament Tunisie (DPM), entre autres bien évidemment…

C’est justement ce dernier département, à savoir la DPM qui accorde l’autorisation de mise sur le marché (AMM) des nouveaux médicaments et produits pharmaceutiques. Il n’existe aucune réglementation quant au nombre d’AMM accordé à tel ou tel laboratoire sauf que dans la pratique chaque laboratoire devrait bénéficier d’une dizaine d’AMM par an et rien de plus. Un mécanisme mis en place pour pouvoir gérer le secteur et le marché face à la multiplication des laboratoires dans le pays où on en dénombre plusieurs centaines.

Et c’est justement au niveau de ces AMM que le problème se pose ou plutôt au niveau de leur attribution. Ceci nous a conduit à investiguer sur ce sujet, ce qui nous a conduits à déceler ces attributions anormalement nombreuses au laboratoire Taha Pharma.

taha pharma

Bien évidement nous n’avons pas pris la peine de vérifier tous les laboratoires figurant sur la liste mais au moins une cinquantaine (dont des gros calibre du secteur) qui, aucun d’eux, n’a atteint ne serait-ce que la dizaine supposée.

Cette découverte nous a poussés à nous poser des questions car il est clair qu’il ne s’agit pas d’un hasard ou d’une erreur. Justement, ce nombre très élevé de 22 AMM (qui constitue plus que le double autorisé) prête à confusion et aux soupçons les plus légitimes.

Nous avons donc effectué une petite recherche par nos propres moyens pour savoir qui se cache derrière ce laboratoire. Il s’agit d’un laboratoire en bonne et due forme dont le propriétaire est un certain Sofiène Zghidi. Cherchant de plus près et mobilisant nos différentes sources et connaissances dans le milieu nous avons cru comprendre que le célèbre artiste et chanteur tunisien, Saber Rebaï, est actionnaire dans ce laboratoire. C’est là que nous avons contacté le laboratoire en question (Taha Pharma) pour leur poser la question, à savoir si Saber Rebaï est bien actionnaire dans la société ou pas ? Après plus de 24 heures d’attente et après plusieurs coups de fil de relance, nous avons enfin eu la réponse du laboratoire en question, qui semblait vouloir éviter le sujet. En effet notre interlocuteur, au bout du fil nous a indiqué que le chanteur Saber Rebaï n’est pas actionnaire dans la société mais partenaire. Quand nous avons demandé de plus amples explications à savoir ce que voulait dire partenaire (dans ce cas précis) nous avons fait face à la langue de bois prétextant qu’il s’agit d’informations propres à la société et qui ne sont pas à étaler.

Toutefois, il est important de mentionner, ici, que nous n’accusons aucunement Saber Rebaï de se tenir derrière ce favoritisme à l’endroit du laboratoire Taha Pharma. Le fait de mentionner cette information, c’est qu’elle n’est pas anodine car il s’agit d’une personnalité publique admirée et adulée par une large partie de la population.

Par ailleurs nous avons aussi contacté la Pharmacie Centrale pour avoir d’autres éléments de réponses quant à l’octroi de ce nombre élevé d’AMM. On a été alors prié de contacter la DPM qui se charge de ce genre de dossiers, laquelle direction est restée injoignable depuis le lundi 22 février !

Sur un autre plan, nous avons contacté une personne responsable et évoluant dans le secteur de l’industrie pharmaceutique. Cette personne en question nous a confirmé qu’il s’agit bien là de favoritisme ajoutant que le laboratoire Taha Pharma fait l’exception et que ceci reste totalement incompréhensible !

Il serait peut être judicieux, pour lever tout soupçon, que la DPM voire le ministère de la Santé publique apportent des clarifications sur le sujet et punissent les responsables s’il s’avère que des dépassements ont bien eu lieu, d’autant plus que ces derniers temps, les suspicions voire les accusations à l’encontre du ministre de la Santé concernant des dossiers liés aux secteur de l’industrie pharmaceutique, se font entendre ici et là.

A bon entendeur… !

Slim Maâtoug

Facebook Comments